IL N'EST PAS TROP TARD POUR SAUVER LA LOI SUR LES ARMES À FEU!

 

Insistez que les sénateurs Conservateurs du Québec votent pour la sécurité publique et contre le projet de loi C-19

Que ce soit:
un vote de conscience,
un vote basé sur les faits et l’expertise,
un vote selon le vœu des électeurs,
ou un vote à la mémoire des victimes de la tragédie à l'École Polytechnique,
les intérêts des Québécois seront défendus uniquement par le biais
d’un vote sans équivoque CONTRE le projet de loi C-19

Coordonnées des sénateurs Conservateurs du Québec :

 

SURTOUT:

  • L’hon. Pierre Claude Nolin (nommé au Sénat par Mulroney; a voté pour C-68 en 1995); 613-943-1451 ou 1-800-267-7362, nolinp@sen.parl.gc.ca

  • L’hon. David Angus (nommé au Sénat par Mulroney; a voté pour C-68 en 1995); 613-947-3193 ou 1-800-267-7362, anguswd@sen.parl.gc.ca

  • L’hon. Andrée Champagne (nommée au Sénat par Paul Martin); 613-995-3999 ou 1-800-267-7362, champa@sen.parl.gc.ca 

  • L’hon. Jacques Demers (nommé au Sénat par Harper); 613-992-0151 ou 1-800-267-7362, tessil@sen.parl.gc.ca 

AUSSI:

  • L’hon. Pierre-Hugues Boisvenu (Nommé au Sénat par Harper); 613-943-4030 ou 1-800-267-7362 boisvp@sen.parl.gc.ca

  • L'hon. Patrick Brazeau (nommé au Sénat par Harper); 613-947-4231 ou 1-800-267-7362, brazep@sen.parl.gc.ca

  • L'hon. Claude Carignan (nommé au Sénat par Harper); 613-992-0240 ou 1-800-267-7362, carigc@sen.parl.gc.ca

  • L'hon. Suzanne Fortin-Duplessis (nommée au Sénat par Harper); 613-947-4036 ou 1-800-267-7362, fortis@sen.parl.gc.ca

  • L'hon. Leo Housakos (nommé au Sénat par Harper); 613-947-4237 ou 1-800-267-7362, lacomd@sen.parl.gc.ca

  • L'hon. Michel Rivard (nommé au Sénat par Harper); 613-947-4107 ou 1-800-267-7362, rivarm@sen.parl.gc.ca

  • L'hon. Judith Seidman (nommée au Sénat par Harper); 613-992-0110 ou 1-800-267-7362, seidmj@sen.parl.gc.ca

  • L'hon. Larry Smith (nommé au Sénat par Harper); 613-996-8555 or 1-800-267-7362

  • L'hon, Josée Verner (nommée au Sénat par Harper); 613-996-6999 or 1-800-267-7362, vernej@sen.parl.gc.ca

ET :

Le sénateur Libéral Charlie Watt qui s’est abstenu de voter sur C-68 en 1995:

Rappelez-leur que :

  1. Le projet de loi C-19 va bien au-delà de la cible énoncée, soit la destruction du registre des armes d’épaule:

  • Il sera permis d’acheter une arme d’épaule sans montrer de permis de possession. (Il suffit que le vendeur « n’ait aucun motif de croire que le cessionnaire n’est pas autorisé à acquérir et à posséder une telle arme à feu. »)

  • Le processus d’évaluation des candidats aux permis sera miné. L’échappatoire concernant les permis minera tout le processus de sécurité entourant l’accès aux permis de port d’arme. Pourquoi se soumettre à toutes ces précautions s’il est possible, en vertu de la loi et de la crédulité de certains commerçants, d’acheter une arme sans montrer de permis?

  • La législation favorisera le trafic illégal d’armes d’épaule, puisqu'elle éliminerait l’obligation des marchands à tenir un registre des ventes, ainsi que celle des propriétaires à rapporter des ventes privées, ce qui ouvre grande la porte au marché noir.

  • De nombreuses armes d’assaut deviendront également invisibles. Puisque le gouvernement n’a jamais mis à jour la classification de nombreuses armes à caractère militaire récemment introduites sur le marché, on retrouve parmi les 7 millions d’armes non restreintes des armes comme le Ruger Mini-14 (utilisé lors du massacre de Polytechnique et il y a quelques mois pour tuer 69 jeunes en Norvège), le Dominion Arms Grizzly Shotgun ou « The Outlaw » (à toutes fins pratiques un fusil tronqué), le Norinco Type 97 56.5 mm , le IWI Tavor TAR-21 5.56mm et le Steyr-Mannlicher HS .50 (capable d’atteindre une cible à plus de 1½ km et de traverser une protection en Kevlar).

  1. La plupart des décès par armes à feu sont causés par des fusils et des carabines de chasse. TOUTES les armes sont meurtrières, TOUTES les armes doivent être règlementées.

  2. À tous les ans, le registre des armes sert pour retirer les armes d'épaule de plus de 2000 propriétaires "légaux" dont le permis est révoqué pour des raisons de sécurité publiques.

  3. Le contrôle des armes fonctionne : Les experts en matière de sécurité publique, de santé publique, de prévention du suicide et de prévention de la violence conjugale sont unanimes dans leur appui pour le registre, en plus de l’appui de toutes les associations policières et de santé publique canadiennes.

  4. Les coûts liés à l’opération du registre des armes d’épaule est seulement $4 millions par année (ou une douzaine de sous par citoyen par année), beaucoup moins que les coûts entraînés par les blessures et décès par armes à feu ($400 millions). Il s’agit d’un investissement et non d’une dépense.

 

Retour à www.polysesouvient.ca